Prévention du suicide des jeunes en Pays de Cornouaille Prévention du suicide des jeunes en Pays de Cornouaille

Réseau de prévention des risques liés à la souffrance psychique et aux conduites suicidaires des jeunes.


Accueil du site > Professionnels > Maintenir le lien face au mal être des jeunes

Maintenir le lien face au mal être des jeunes

Publié : mardi 8 septembre 2009

La crise d’adolescence

L’adolescence est une période de transition pendant laquelle l’individu se transforme pour passer du stade de l’enfance à l’âge adulte. Cette période de grands changements débute avec la puberté et voit son aboutissement quelques années plus tard quand le jeune est capable d’accepter son corps sexué, de rompre définitivement le lien de dépendance qui l’attache à ses parents et aux adultes, de se projeter dans l’avenir et de mieux maîtriser ses émotions et ses affects. Avant de devenir cet adulte responsable, le jeune va traverser une période de « crise d’adolescence » durant laquelle il se découvre lui même mais découvre aussi les adultes autour de lui.

La plupart des jeunes vivent ces soubresauts sans difficultés majeures. Cependant, pour environ 10% d’entre eux, la métamorphose est plus difficile et la cohabitation entre l’enfant qu’ils ne sont plus tout à fait et l’adulte qu’ils ne sont pas encore complètement est parfois compliquée, notamment dans leur relation avec les autres adultes.

L’écart existant entre leurs désirs et les réalités ainsi que la nécessité pour eux d’accepter les frustrations du quotidien créent une anxiété importante qu’il leur faut canaliser et évacuer tout en se passant progressivement de l’aide des parents. Si cette anxiété s’installe trop durablement, qu’ils n’arrivent pas à en parler et qu’ils s’isolent des autres, il est possible que les conduites à risque prennent de l’ampleur et deviennent pour eux le seul moyen d’exprimer leurs difficultés et leurs souffrances.

Le rôle des adultes

Tous les adultes ont un rôle à jouer dans la prévention et le repérage de la souffrance des adolescents. Que l’on soit parent, bénévole associatif, professionnel dans l’éducation ou le soin, voisin ou ami… à partir du moment où l’on croise ou côtoie des adolescents, nous pouvons représenter pour eux un repère sécurisant.

Chacun peut, avec son propre ressenti, repérer la souffrance psychique. Cette dernière se manifeste par des changements durables de comportement : tendance à l’isolement, pleurs, démotivation, fatigue, manque d’énergie, troubles du sommeil, modifications des conduites alimentaires, conduites dangereuses, idées noires…

Les adolescents ont souvent du mal à reconnaître leurs difficultés. Soit ils en ont peu conscience, soit ils ne parviennent pas à communiquer de façon adaptée avec leurs proches : « Ils ne vont pas me comprendre » ; « De toute façon ils ne m’aiment pas » ; « Je peux me passer d’eux »...

Le rôle de chaque adulte qui identifie cette souffrance est donc d’ouvrir la porte à l’adolescent : « Je te trouve changé » ; « Tu n’es pas comme d’habitude » ; « Tu n’as pas l’air d’aller bien » ; « Si tu veux en parler, je suis à ta disposition... »... Cette attitude empathique, si elle est répétée, montre l’intérêt porté au jeune et à son mal être et maintient une porte ouverte pour qu’il puisse verbaliser ses difficultés. L’adulte garde trop souvent de la distance, ayant peur d’attiser cette souffrance. Or, permettre au jeune de parler de lui est la première étape vers une amélioration. C’est le sentiment qu’il n’y a pas d’issue autour de lui qui favorise les passages à l’acte pour l’adolescent.

La place du réseau

Si le jeune en souffrance peut et veut en parler, il s’adressera à un interlocuteur privilégié : « Lui, il se rend compte que ça ne va pas bien, je peux m’adresser à lui... ». A charge pour chacun de savoir se faire aider et créer des liens pour ne pas garder pour lui seul ce que le jeune peut lui confier. La connaissance du réseau et des membres qui le composent (professionnels et bénévoles issus du secteur sanitaire, social, éducatif) sert à cela. Chacun doit pouvoir évaluer le niveau de prévention auquel il se situe et passer des relais vers d’autres compétences, sans pour autant se désengager.

La prévention des conduites à risques et du suicide passe par l’implication de tous les adultes.

SPIP | publier actu | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0